Revenir au site

Mais finalement ça sert à quoi tout ça ?

· Yoga for business

j'espère vraiment que tu trouves dans ces mails certaines questions qui éclairent le chemin de l'entreprise qu'est ta vie.

Si tu trouves des réponses c'est encore mieux, mais les bonnes questions, c'est déjà un énorme pas.
Je te dis ça car au jour 7 sur 12 consacrés au yoga, je pourrais comprendre que le sujet ne te passionne pas. Et rassure toi, nous aborderons bien d'autre manières de faire avancer ton business, ta vie, et le business de ta vie.
Mais aujourd'hui c'est important.
J'en suis à me demander si ce n'est pas trop. Si après ce texte, tout aura finalement été dit.
La semaine dernière nous avons parlé de monter dans la réflexion et de redescendre dans l'action.
(A ce propos, demain je sors une interview avec dedans une phrase qui pourrait bien faire exploser ton cerveau sur le sujet #TeaserDeOuf).
Descendre dans l'action, c'est prendre une posture.
On dit bien "FAIRE" du yoga.
Et pourtant le yoga n'est pas une activité. La pratique des asanas (postures) n'en est qu'une partie infime et je vais te révéler aujourd'hui la vérité sur ce sujet.
 

A quoi ça sert de FAIRE du yoga ?

Alors d'abord il faut que tu saches que le mot "asana" utilisé pour dire "postures" signifie en réalité "assis".
(n'essaie pas avec ton chien)
A l'origine, la pratique des postures de yoga a été construite de manière à transformer et préparer le corps pour une seule et unique raison.
La méditation.
L'idée est de rendre le corps (et l'esprit) assez fort, assez souple, assez stable pour rester assis en posture de méditation pendant le plus longtemps possible.
Tu te souviens ? L'union du corps, de l'esprit et de l'âme. Le corps et l'esprit se connectent à travers la respiration consciente alliée à une pratique en mouvement.
Tout ça pour quoi ? Pour acquérir la capacité à élever ton âme.
C'est un peu le dernier niveau si tu veux, celui ou tu tue le boss et libère la princesse (ou deviens le boss si tu veux).
Pour te résumer tout ça :

  1. yama – code de conduite envers les autres.
  2. niyama – contraintes envers soi.
  3. āsana – trouver le calme dans la posture.
  4. prānāyāma – libération du souffle vital, utiliser la respiration comme un objet de concentration.
  5. pratyāhāra – abstraction des sens, retrait des objets de leur perception.
  6. dhāranā – concentration, garder l’esprit fixé sur un point.
  7. dhyāna – méditation profonde, l’esprit reste fixé et n’est plus sensible aux perturbations.
  8. samādhi – contemplation profonde ou état d’union avec la divinité (intérieure et extérieure)

Tu vois peut-être à quel point ce chemin peut devenir un véritable guide pour tout projet de vie.
Imagine ton business...


Tu construis son code de conduite, sa charte de prise de parole, sa posture. Tu y mets tes contraintes temporelles, financières, un rythme de vie à tenir et tu tâche de trouver du calme dans cette première étape : un rythme d'actions qui te conviennent, des revenus réguliers à la hauteur de ton investissement... Tu fais le point.
C'est le moment de libérer son souffle vital : chaque action doit servir la mission, se rapprocher en permanence de la "bigger picture".
Tu oublies le monde extérieur, les contraintes du marché, la crise, les remarques de ton entourage qui font résonner tes doutes, tu tais les pensées, pour te concentrer sur ta mission.
Et tu fais, tu fais, tu fais, tu fais.

Cultiver son jardin disent certains.
Chaque jour, avec joie et avec foi, en y prenant du plaisir.
Est ce que tu sens qu'un business aussi aligné pourrait finalement réaliser tous tes rêves ? Est ce que tu sens qu'il pourrait nourrir à la fois ton âme et ta famille ?
Parce que finalement la méditation ce n'est rien d'autre qu'un exercice de visualisation et de focus, une manière de voir le chemin pour mieux y aller.
Le problème c'est que la méditation, ce n'est pas évident. Moi même je n'y arrive pas vraiment. D'abord parce que mon corps n'est pas prêt à rester assis comme un lotus, je peux plus me relever après.
Aussi parce que si je ne m'endors pas, mon gros cerveau passe son temps à se souvenir des trucs aucun rapport comme ce que j'ai mangé à midi le 12 octobre 1998.
Heureusement, il existe une solution, et je l'ai trouvée.
Elle réside en une phrase et se matérialise avec des actions simples.
Des actions que je fais pratiquer à mes clients (et qui n'inclut pas de leggings bariolé ou de chien tête en bas).
Pour le savoir, faut d'abord que tu me racontes ta petite vie là :
Photo de moi priant le Dieu Crossfit avant un WOD...

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK