Revenir au site

Je suis une incompétente chronique

· Coaching

« On me dit pas c’est pas possible on me dit combien et je paie »

Coco

Je voudrais bien, mais je peux point.

Le pire dans cette phrase c’est que les gens ont tendance à penser que c’est le courage qui nous manque pour entamer des chantiers inconnus, et faire toutes ces choses qu’on DOIT faire mais on sait pas comment, par ou commencer ? A qui demander ?

Alors que pas tout.

Ce qui nous manque c’est justement de savoir par ou commencer ? A qui demander ? Il faut d’abord se former et ça va être long. Et avant de se former, il faut trouver un centre de formation. Et il faut éplucher les brochures et choisir sa formation, quelle sera la plus adaptée ? Sur 3 formations il y a un tiers de chaque qui correspond EXACTEMENT à mon problème. Je fais les 3 ? Super comme ça dans 8 mois je peux commencer, pas de souci #Greugneugneu.

C’est ainsi qu’un caillou devient une montagne. 

Bon, on va déléguer alors.

Mais à qui ?

C’est reparti pour un tour de comparatif.

Et puis on a autre chose à faire.

Chaque abandon laisse une empreinte neurologique plus forte qu’un échec.

Sur le plan neurologique le corps et la tête ne forment qu’un. De même que lorsqu’on essaie un mouvement, si on l’essaie vraiment fort et qu’on échoue, on se dit qu’on a pas encore la force, la souplesse ou que sais-je. On y met de la logique. L’échec après une tentative, c’est normal, sinon les bébés seraient tous dépressifs.

Mais si on essaie à peine, si on commence le mouvement et qu’au moindre début de difficulté, on arrête, on s’envoie un message. Comme un vêtement qu’on jette par terre avant d’avoir fini de l’enfiler, parce qu’on a pas envie de voir le résultat final.

Je le dis à mes élèves : Ne vous jetez pas par terre. Si le mouvement est trop dur, posez un genou, posez un coude, posez les deux, attrapez quelque chose, trichez, trichez tant que vous pouvez, mais surtout ne vous lâchez pas.

Je préfère 10 fois quelqu’un qui réussit un mouvement raté que quelqu’un qui rate un mouvement sans l’essayer.

Un mouvement ça s’améliore. L’immobilité, ça empire l’incompétence.

Youpi je n’y arrive pas !! 

Quand on commence à maîtriser un mouvement, une méthode de vente, un nouvel outil, on a envie d’aller plus loin et d’en maîtriser un plus gros encore. On veut finir par maîtriser le big boss.

C’est ainsi qu’on commence le chemin vers le plaisir : Ne plus constater son incompétence devant un problème mais devenir incompétent pour le plaisir.

Apprendre par l’envie et non par l’outil.

C’est le fondement de ma méthode : Au lieu d’identifier tes nécessités et tes besoins, on va aller chercher tes envies. Gagner plus d’argent ? Gagner autant d’argent en travaillant moins ? En travaillant mieux ? En s’amusant plus ? Changer de vie ? Créer un business ? Changer ton business ? Changer ton corps ?

Avoir des clients qui te ressemblent plus, qui t'aiment, que te comprennent ? Etre en connexion avec eux pour savoir ce dont ils ont besoin, pour créer des produits qui leur ressemblent qui te ressemblent. Etre aligné avec l’idée que tu te fais de la vie idéale...

Et une fois qu’on a identifié tout ça, le chemin va s’éclairer il n’y aura qu’à suivre la route et je serai là tout le long.

90 Jours, pour aimer le changement, réaliser tes objectifs. Devenir qui tu veux être.  90 jours pour passer de « je dois » à « je ne peux plus m’en passer ».

Fanny

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK